Preview : UJAP – Evreux

WhatsApp Image 2019-12-19 at 12.11.18

Deux à la suite

 

Un optimisme débordant a envahi les travées de la salle Michel Gloaguen samedi soir dernier. On savait qu’un petit marathon nous attendait avec trois matchs à disputer en une semaine mais, la fleur au fusil, beaucoup d’entre nous voyaient l’UJAP tenter le quatre à la suite cher aux amateurs des après-midis de France 3. Ok, quatre à la suite, c’est magnifique, mais il faut d’abord penser aux deux à la suite. C’est moins sexy mais tellement plus raisonnable.

 

Notre prochain adversaire, Evreux, est tout sauf une victime expiatoire ou une faible équipe. Son bilan de quatre victoires pour six défaites est un trompe l’œil dans ce championnat serré comme une rame de métro un jour de grève. Leurs défaites ont toutes été subies face à des équipes de tête du championnat. Le reste du temps, ils assurent, comme dirait le patron de la Sambo. La plus grande méfiance est d’ailleurs de mise, surtout au regard des statistiques historiques de nos confrontations : 68 % de victoires pour les Normands... Paul Rigot dirige les débats avec la classe de son magnifique 17,5 d’évaluation. Tortosa et Zamora l’accompagnent à l’aile avec brio.

 

Il y a aussi le meneur, Jerrold Brooks, un ancien de la maison, de retour après un petit tour chez le voisin caennais. Il se fait d’ailleurs surnommer Jerry… tiens, tant qu’on y est et vu qu’on l’a évoqué tout à l’heure, vous êtes prêts pour un petit Questions pour un Champion ?

 

1-Je suis productrice de télévision et de radio, également animatrice, je fais mes débuts à l’ORTF en 1960

2-De 1982 à 2007, je présente et produis « musique au cœur » sur Antenne 2

4-Je deviens ensuite directrice des programmes de France Inter puis d’Antenne 2

5-Mère de Marion Ruggieri, mon nom est composé du nom de la ville de ce soir et du surnom du meneur de cette même ville…

Je suis, je suis…

 

Si vous avez la réponse, n’hésitez pas à nous la donner. Vous n’avez rien à gagner, mais moi ça m’aidera, parce que là, franchement, je ne vois pas !

 

Qu’importe le quatre à la suite. Pour un deux à la suite, je signe tout de suite. Envoyons nos plus belles ondes positives à nos Béliers afin qu’à la salle Jean Fouré, ils puissent réaliser un coup du même nom !

 

Bevet an UJAP !