NEWS

Portrait : Yves Symoneaux

25 août 2021

Nom : SYMONEAUX

Prénom : Yves

Poste : Délégué aux Officiels

Balance tes collègues

Qui est le plus drôle ? Jean Signor, c’est certain !

Qui danse/chante le mieux ? Le regretté Georges Schmeltz

Qui râle le plus ? Pas Jean Signor, ou alors on le saurait.

  • Quel est ton rôle au sein du club ?

Réserver l’hébergement, les repas des arbitres et assurer leur transferts entre la gare, l’hôtel et la salle Michel Gloaguen.

  • Depuis quand donnes-tu de ton temps au sein du club ?

1997 pour le basket. De plus, adhérent depuis 1971 à la Jeanne d’Arc tennis de table.

  • Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail au sein du club ?

Le plaisir de rencontrer des personnes (les arbitres) aux parcours très variés. C’est très enrichissant.

  • Quelle personne t’a le plus marqué au sein du club ?

Louis Le Boëdec, co-président fondateur de l’UJAP, et on ne peut que difficilement imaginer à quel point. C’est lui qui a présidé à mon bizutage professionnel en juin 1970 et il fallait être solide pour résister à une telle journée.

  • Raconte-nous une anecdote.

En 1997, lorsque Michel Gloaguen, que je connaissais par l’école Sainte Thérèse, a appris mon retour sur Quimper après 8 années sur Landerneau, il m’a téléphoné pour me dire : “Yves, il n’est pas question que tu reprennes le ping-pong !” Et, devant mon étonnement, Michel précise : “La raquette, oui, mais pour la trésorerie, ce sera au basket”.

  •  Raconte-nous ton meilleur souvenir.

C’était le dimanche 10 novembre 1985. La semaine avait été pluvieuse. La mairie de Quimper et ses voisines avaient interdit les compétitions de football. Et à la salle omnisports, qui ne s’appelait pas encore Michel Gloaguen, se tenait la rencontre d’Excellence Masculine de basket opposant l’UJAP au Stade Quimpérois avec le double enjeu de la suprématie locale et de la mainmise sur le championnat. C’est la seule fois que j’ai vu la salle comble avant l’arrivée d’Olivier Cousin ! Près de 1000 spectateurs enthousiastes ! Au buzzer, le score est sans appel : 77-62 en notre faveur ! C’était le début d’une belle histoire qui se prolonge toujours aujourd’hui ! Et pour le plaisir je donne les marqueurs des bleus et blancs : Guillou (Pierre) 16, Le Boëdec (Jean-Luc) 12, Guillard (Jean -Louis) 5, Quemard (Michel) 14, Masson (Serge) 14, Monfort 4, Lachivert (Denis) 12 …

  • Un petit mot pour les Béliers ?

Un seul ? “Merci” … Et un deuxième : “Bravo” … Et un dernier : “Bon vent” !

Mon portrait chinois :

  • Si tu étais un des cinq sens : Le goût,
  • Si tu étais un objet du quotidien : Un tire-bouchon,
  • Si tu étais une ville : J’aimerais vivre à Poil (58),
  • Si tu étais une célébrité : Abraracourcix, le chef gaulois,
  • Si tu étais une chanson : Le tango corse (Fernandel),
  • Si tu étais une devise : Ne rien faire, mais le faire bien,
  • Si tu étais une mauvaise habitude : Répondre demain.